Scandale agroalimentaire du lait contaminé, comment fiabiliser la Supply Chain?

Scandale agroalimentaire du lait contaminé, comment fiabiliser la Supply Chain?

 

Les entreprises du secteur d’activité agroalimentaire doivent mettre en place de solides systèmes de pilotage et de traçabilité des lots s’ils souhaitent garantir la sécurité de leurs consommateurs. Retour sur les scandales qui entachent la réputation du management de la supply chain. Focus sur la crise sanitaire à laquelle fait actuellement face Lactalis.

Scandale agroalimentaire et Supply Chain.

Comment un tel dysfonctionnement a-t-il pu se produire ? Quelles sont les solutions à développer afin de préserver la sécurité alimentaire dans les filières alimentaires et plus particulièrement au sein de l’industrie laitière ?

Revenons brièvement sur les faits. Les 2, 10 et 21 décembre 2017, Lactalis lance une campagne de rappel sur ses produits de nutrition infantiles de la marque possiblement contaminés par des salmonelles. C’est le début d’un des plus gros scandale agroalimentaire qui a touché le secteur de la supply chain.

En théorie lorsque les équipes lancent une campagne de rappel, le dispositif doit permettre de retirer 100% des produits incriminés de la vente en l’espace de 24 heures. En pratique, les enseignes reçoivent des affichettes contenant la carte d’identité du produit concerné (par exemple les codes-barres présents sur les packagings) et relayent l’information aux magasins puis aux agents en charge du retrait et/ou de la destruction des produits.

Ces campagnes de rappel ne sont pas aussi efficaces que ce que l’on pourrait espérer. Les processus de management de la traçabilité de la chaîne logistique pour les lots ne sont pas ce que l’on pourrait qualifier de rapide et fiable.

Les enseignes ont fournis plusieurs explications. Elles n’expliquent pas les raisons de ce manquement mais bien les défaillances de tout un mode de fonctionnement. D’une part, elles mettent en avant un problème de gestion des équipes et des séries d’erreurs humaines. Notamment car l’un des rappels a eu lieu le 21/12 en plein rush de Noël. Les effectifs disponibles étaient, en effet, jugés insuffisants pour mener à bien ces rappels. D’autre part, l’enseigne Leclerc a mis en avant un problème spécifique. Les lots ciblés par la campagne de rappel étaient en promotion et ces produits seraient arrivés avec un étiquetage différent.

Ces explications renforcent l’idée selon laquelle les processus existants doivent être revus en profondeur, pour fiabiliser la chaîne d’approvisionnement des flux de marchandises. Cela requiert une remise en cause de la traçabilité des produits, du producteur au destinataire, en passant par l’intermédiaire.

Grâce à des outils comme la blockchain associée à l’IoT, il est possible d’obtenir rapidement et avec fiabilité les informations relatives à la provenance, à l’origine et à la qualité alimentaire des produits. La vérification des lots concernés est alors quasiment en temps réel. La traçabilité concerne les matières premières, les produits intermédiaires, finies et tous les procédés de transformation alimentaire.

En cas de contamination, toute la chaîne de valeur est capable de réagir presque instantanément. La puissance de cette technologie est encore à exploiter pour créer un écosystème entièrement transparent de la chaîne d’approvisionnement.

Cette approche totalement disruptive et innovante contribue à réduire les erreurs tout au long du cycle de vie du produit. Elle contribue également à créer plus de responsabilité. Son adoption ne doit plus être une option.

Sources : Europe1 – MBA Mci

Retrouvez notre article sur la blockchain et les enjeux du secteur de la logistique.

Plus d’informations sur le rôle de la blockchain dans le management de la supply chain rendez-vous sur notre page dédiée au secteur de la logistique.